top of page
Search
  • mmctranslationfr

Festival international de poésie, Cork 2022

Updated: Jul 7, 2023

Le 11ème Cork International Poetry Festival a lieu en ce moment à Cork City. De nombreuses lectures publiques sont organisées, entre autre à la bibliothèque municipale (où, incidemment, travaille Thomas McCarthy, un des poètes à l'honneur) et au Cork Arts Theatre. Les poèmes sont écrits en anglais (Irlande, Royaume-Uni, Inde), en gaélique irlandais, en arabe (Syrie), en frison et en néerlandais (Pays-Bas), en français, et d'autres encore.


Lycéenne et étudiante en lettres, j'ai vécu la poésie comme un monde exclusif et hermétique, et je sais que c'est une expérience partagée par beaucoup. Je crois que nos capacités de lecture sont aiguisée par la fiction, et surtout par le genre du roman. Il y a une histoire, ça avance, je comprends ce qu'il se passe, oh le bon cliff hanger, la vache cette scène de fin. Quand je lis un roman, je m'immerge, je me fraie un chemin, active et aventurière. Je suis efficace. Si le livre fait 800 pages, je peux suivre mes progrès et me féliciter au fur et à mesure que je casse un peu plus le dos du livre. Une rainure de plus, un pas de plus vers l'Achèvement.


La poésie me demande de lire différemment. Je le vois bien et je suis perdue. Comment lire la poésie ? J'ai tenté plusieurs tactiques, du cercle le plus petit (recueil dans les toilettes) au plus grand (Femme lisant de la poésie en terrasse le long de la rivière Lee). Est-ce que je lis tout d'un coup ? Ou alors je lis ce poème-là deux fois ? Rha zut j'ai oublié de comprendre, je recommence. Non mais le but c'est pas de comprendre c'est de sentir, attends celui d'avant il était bien faudrait que je le mémorise, attends attends je peux regarder le champs lexical sinon ça va peut-être m'aider à analyser mais en fait faudrait le lire à voix haut parce que monsieur B. en classe de première a dit que c'était d'abord de la musique -


Etc etc etc.


Un jour à Glasgow, une lecture de poésie d'étudiant a ouvert la porte. La dimension musicale qui m'échappait en français m'a parue bien plus facile à entendre dans l'anglais glaswégien. Le rythme du poème était vivant, organique, à la pulsation mouvante. Dans cette langue autre, je n'ai pas cherché à comprendre (un effort cognitif intense, particulièrement les 6 premiers mois à l'étranger) et le monologue intérieur s'est un peu calmé. Depuis, j'essaie d'écouter la poésie le plus possible [1]. Je cherche à pratiquer une lecture passive, non linéaire, anti-efficacité. J'ouvre mon attention et je me prépare à accueillir le texte. Parfois, j'y arrive. Lecture passive, écoute active ?


Au cours de ce festival, les poètes et poétesses lisent leurs écrits face au public. Gail McConnell, de Belfast, a présenté des passages de The Sun is Open. Une véritable performance, un texte ciselé avec minutie, une rythmique si percutante qu'on aurait pu la relever en dictée de notes. Ses écrits sont sans ponctuation noire (virgules, points) mais remplis de ponctuation blanche (blancs, espaces, mise en page). À l'oral, les mots avaient une texture et un relief accentués par l'écoute intense du public. Une expérience intime et haletante.


Maram al-Masri vient de Syrie, elle est installée à Paris. Elle écrit en arabe, et se traduit en français. Pas vraiment, dit-elle au public : le premier poème est déjà une traduction - toute écriture est traduction. Sa lecture est une belle surprise, puisqu'elle est en arabe. Un organisateur distribue le recueil traduit en anglais dans le public. Nous écoutons l'arabe en suivant l'anglais dans le livre. Nous associons le rythme de l'oral au blanc de l'écrit, cherchons à attraper les mots répétés - c'est plus facile quand il y a une anaphore, nous ajustons notre tempo de lecture en espérant que nous en sommes au bon vers. Un très grand plaisir d'écoute qui nous accroche à la sonorité de la langue.


Et aussi Rachael Hegarty, Mary Noonan, Thomas McCarthy, Nyk de Vries... Pour 2023, venez et écoutez !


Cork International Poetry Festival Magali Fabre translator

________________________________

[1] J'ai gardé un recueil dans la salle de bains, mais je préfère jouer sur mon téléphone.


30 views0 comments

תגובות


bottom of page